«L’homme d’Etchu ou l’Amour la belle peinture» et sur Owara Kaze-no-Bon Festival

This post is also available in: ja日本語 (Japonais) enEnglish (Anglais)

J’ai fait le général riche de « L’homme d’Etchu ou l’Amour la belle peinture » que j’ai adapté l’original de Molière, en empruntant un homme d’Etchu (la préfecture de Toyama) et mis en scène la danse et la musique qui apparaissent dans l’original comme Owara Bon Dance du vent. C’est parce que j’ai eu l’expérience suivante.

Nous avons vu Owara Kaze-no-Bon que nous voulions voir depuis longtemps.

Owara Kaze-no-Bon se tient du 1er au 3 septembre chaque année dans le district de Yao, dans la ville de Toyama, dans la préfecture de Toyama.

Nous (ma femme et moi) avons été invités par le chef propriétaire d’un restaurant français nommé Le Jardin des Sens à la ville de Toyama et nous avons eu l’opportunité de voir Owara Kaze-no-Bon. Le propriétaire du bâtiment où le chef Komuro a son magasin, à son intermédiaire, nous a invites. Au début, j’écoutais l’invitation de Komuro sans y croire vraiment. Parce que même si nous sommes complètement étrangers à lui, il nous préparera un repas à la villa de Yao et nous fera profiter de voir la danse en face de la maison. Cependant, nous ne pouvions pas une telle opportunité pour l’avenir que nous avons décidé d’accepter heureusement son invitation.

Le 2 septembre 2016, lorsque nous sommes arrivés à Yao, le gymnase de l’école élémentaire a été mis en place comme théâtre pour les touristes. Les gens qui n’avaient assez de temps pour entrer et attendre dans la ville que les danseurs viennent ressentir l’atmosphère ici.

Le gymnase de l’école primaire mis en place comme théâtre pour les touristes

Lorsque nous traversons les rues, nous pouvons voir le paysage où les gens s’habillent pour attendre la danse dans les rues du crépuscule. Nous avons également été mélangés et ressentir l’atmosphère du festival Owara Kaze-no-Bon.

Ma femme et moi attendent le commencement de la dance.

Le soleil couchant est tombé rapidement, l’atmosphère a finalement augmenté.

En entrant dans la villa du propriétaire, à l’intérieur de la villa qu’il utiliserait uniquement pour l’époque d’Owara kaze-no-bon elle est décorée par des écritures élégantes et des peintures mélangées avec divers articles de meubles.

Le repas servi chaque personne était plein de plats délicieux.  Il n’y a que lui remercier pour moi.

Lorsque nous regardons la foule en attendant l’arrivée des danseurs en entendant la musique au loin de la fenêtre du deuxième étage, nos attentes augmentent de plus en plus.

Assis sur les sièges spéciaux à l’entrée, nous voyons enfin les danseurs et les joueurs sont arrivés et la performance a finalement commencé.

Au début, c’est la danse masculine.

La danse féminine entre ensuite. Selon «Etchu Owarabushi» de Wikipedia (en japonais), cette danse est établie comme suit.

La nouvelle danse est divisée en «danse masculine (danse épouvantail)» et «danse féminine (danse saison)». La danse des hommes exprime le travail agricole, elle a un grand mouvement de postures, ils dansent courageusement et le geste des femmes dansantes exprime la chasse au luciole, on dit qu’il est bon de danser avec un air sexuel mais élégant. La nouvelle danse de cet homme et femme a été chorégraphiée principalement pour la danse sur scène par le danseur japonais Kichisaburo Wakayagi qui avait une relation étroite avec Junji Kawasaki au début de l’ère Showa. Il a d’abord chorégraphié la danse féminine pour la geisha qui étaient encore nombreuses à Yao, puis a chorégraphié la danse masculine. À l’origine, le geste de quatre saisons correspondant aux chansons était incluse uniquement dans la danse féminine (saison de danse), mais ces dernières années, la posture sexuelle a été mise en place dans l’association de danse de deux sexes. En outre, cette posture a été améliorée différemment dans chaque chônai (quartier) de Yao, c’est l’une des caractéristiques d’Owara kaze-no-bon. (traduit par moi.)

Je veux d’abord dire que Owara kaze-no-bon est totalement différent de la danse Bon joué ailleurs. La caractéristique de la danse normale est que n’importe qui peut danser dans le groupe de danse. D’autre part, Owara Bon Dance n’est interprétée que par des danseurs expérimentés. Parce que c’est une performance très élevée pour ne pas pouvoir danser par des amateurs qui ont appris les bases.

La complexité de la chorégraphie de la danse masculine, en particulier dans la difficulté de poser et de cadencer. L’écart délicat et le sentiment de tension entre la pose et l’accompagnement musical seraient la hauteur de la vérité de cette danse. De plus, à première vue, un geste comme le robot, il se distingue du Jiuta Mai  et de la danse japonaise, ce serait une sorte de technologie ningyoburi (agissant comme une marionnette).

Je pense que la danse féminine utilise toujours le comportement original de la danse japonaise. Cependant, la chorégraphie du maintien de l’attitude qui évite le haut du corps est une chorégraphie unique de Owara Bon Dance. Les hommes et les femmes, cachés à Amigasa, le visage dans le même style font de la danse en groupe. Ce style me fait réfléchir le contraste avec l’Occident de la balle masquée. En profondeur du contraste entre l’individualité occidentale et la dépersonnalisation japonaise, nous pouvons apercevoir la nature humaine paradoxale où l’identité cachée sous la surface extérieure unique et l’individualité dans la partie profonde de la surface externe dépersonnalisée.

Grâce à cette expérience, j’ai pensé que je ne pourrais pas faire la même chose en changeant de position, j’admire de manière chaleureuse quelle personne généreuse cet homme riche d’Ecchu Toyama.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.