Commémoratif à Takaaki Yoshimoto – Michel Foucault et l’Illusion commune

This post is also available in: ja日本語 (Japonais) enEnglish (Anglais)

Commémoratif à Takaaki Yoshimoto – Michel Foucault et l’Illusion commune


La version française de la chapitre 4 ( la traduction française ) a parus à l’attente de LIVREPARIS ! Voir la page de détail.


Pour voir le livre imprimé allez à la page Amazon en cliquant l’image ci-dessous.

 Ce livre «Michel Foucault et  l’illusion commune » est composé de deux entretiens et  de deux essais indépendants.

  1. Entretien: de la disparition du capitalisme de consommation à la théorie de la valeur de donation » (en décembre 1991)
  2. Entretien à trois: Takaaki Yoshimoto parle de « l’illusion commune» (en décembre 1993)
  3. Jusqu’à l’achèvement de la traduction française de « l’illusion commune»  
  4. Sur Michel Foucault et  l’illusion commune

Même si les deux entretiens sont différents du temps et des membres, Takaaki Yoshimoto lui-même parle de la signification moderne de «L’Illusion commune», du travail et de la personnalité de Michel Foucault. Jusqu’à l’achèvement de la traduction française de « l’illusion commune»  est le trajet de la traduction par Hitoshi Nakata et Michel Foucault et « l’illusion commune»  est le mémoire de la tentative de comparer l’illusion commune avec l’ensemble des travaux de Foucault.

Ce livre dévoile l’historique de l’affaire que Takaaki Yoshimoto, penseur représentatif japonais est enfin connu dans le monde de la pensée français et le processus de la lutte où Hitoshi et Takako Nakata se consacraient à la traduction française de son chef d’œuvre «L’Illusion commune».


 

Table des matières

  1. De la disparition du capitalisme de consommation à la théorie de la valeur de donation

Des questions agricoles du Japon, le capitalisme de consommation

La valeur de don

Le proche avenir de l’ex-Union soviétique

Le marché mondial

La pollution sous le capitalisme de consommation

Le système impérial

L’origine des japonais

Jusqu’à la traduction de « L’Illusion commune»

Le Symposium «Le siècle de Foucault»

L’impression écrasante de Foucault

Histoire de la sexualité  et la prémonition du sida

Foucault à multiples facettes

Les conditions de la Pensée mondiale

  1. Takaaki Yoshimoto parle de «L’Illusion commune»

Les Motifs de «L’Illusion commune»

Trois concepts de l’illusion

Sur « Les mots et les choses» de Foucault et l’impression de l’entretien avec lui

Autour de la traduction française de «L’Illusion commune»

Foucault Symposium et les circonstances réelles de la publication de traduction

«L’Illusion commune» et le problème de système d’Empereur

  1. Jusqu’à l’achèvement de la traduction française de «L’Illusion commune»

La genèse du projet

La mort de Foucault

DEAD LANGUAGE, traduction du recueil de poèmes de Ryuichi Tamura

«Les Feux» de Shohei Ooka

«Kojiki, Chronique des Choses anciennes»

«La civilisation japonaise» de Serge Elisseeff

Sur la traduction de « L’Être et le Temps» de Heidegger

La position des textes en japonais dans la Bibliothèque Nationale de France

La librairie Gallimard aspiré

La publication au Bulletin de l’Université

Autour de la syntaxe de traduction

Foucault Symposium

La réponse de Monsieur Kenzaburo Oé

  1. Michel Foucault et « L’Illusion commune»

Les choses et les mots

«La prose du monde» et la prose nommée le monde

L’expression de Merleau-Ponty et la représentation de Foucault

La psychanalyse et l’ethnologie

La méthode de la perception du monde – l’entretien de Foucault et de Takaaki Yoshimoto

Non les fantasmes collectifs

……mais l’illusion commune

La prédiction de Foucault

Le taboo et la convention tacite

La possession ou la possession de l’illusion commune à l’individu

Le sorcier et la prêtresse

Quel est l’au-delà ou la mort?

Quelle est la naissance ou la vie?

La structure de la société matriarcale

Quelle est la famille?

Le détournement de la société matriarcale à la société paternelle

Les péchés terrestres et les péchés célestes

L’origine de l’Êtat japonais

EN CONCLUSION


 

Citation

Yoshimoto a écrit dans l’introduction de la «L’illusion commune».

L’État est une illusion commune, ainsi que les mœurs, les religions et les lois. L’inertie de l’esprit qu’on ne sait comment nommer et qui se fait tout tortillée d’habitudes, de folkloriques et de croyances indigènes est aussi une illusion commune. Partout où le mécanisme ou système commun établi par l’humanité est respecté, répandu et accoutumé, se trouvent des illusions communes. Et diverses illusions communes qui existaient sous la forme de plusieurs mœurs religieuses et éthiques avant l’apparition des États devaient s’agglomérer pour former un centre. C’est justement le sujet que nous traitons dans ce livre.

Lorsqu’on revit l’environnement où l’idée a fermenté, il est nécessaire de démonter et reproduire  cet ouvrage écrit. Afin de localiser la théorie d’État de Yoshimoto dans l’idée européenne, j’ose résumer ce livre poursuivant fidèlement l’ordre de la description comme si j’avais lu la « L’Illusion commune» pour la première fois. En fait, on peut superposer la route du tabou à l’origine de l’Etat sur la route de l’ancien établissement de la nation du Japon (Asie ou la société antique). Bien sûr, Yoshimoto, au lieu de faire la description historique, analyse les couches structurelles et historiques de l’État japonais lors en traitant les matériaux archéologiques par la méthode pour ainsi dire psychologique.


EPUB sites

Cliquez sur l’icône ci-dessous, pour aller à la page du site.

iBooks
Rakuten kobo  Google Play