Commentaire sur L’Illusion commune souhaitée par Michel Foucault

This post is also available in: ja日本語 (Japonais) enEnglish (Anglais)

Commentaire sur L’Illusion commune souhaitée par Michel Foucault

La version française de Commentaire sur L’Illusion commune est le broché ( l’impression à la demande) et le livre numérique ( Kindle, iBooks, Google play book, Kobo)

List Price: $13.00

6″ x 9″ (15.24 x 22.86 cm)

Black & White on White paper

104 pages

ISBN-13: 978-1544001579 (CreateSpace-Assigned)

ISBN-10: 1544001576

BISAC: Philosophy / Social


Impression à la demande

Pour voir URL cliquez l’image du livre.

Commentaire

Quand Takaaki Yoshimoto écrivait «L’Illusion commune», il a su que l’État est la communauté d’illusion dans le concept occidental. Yoshimoto était surpris que l’État ait un concept plus étroit que le concept de la société en Occident, mais ce n’est pas surprenant, c’est un sens commun occidental. Le vrai sens de l’explication de Yoshimoto devrait plutôt être lu comme cela. « Les Japonais ne se réveillent pas en étant capturés par l’illusion que l’État est la communauté de destin qui enveloppe les Japonais et qu’ils ne peuvent pas échapper, alors que dans le sens commun occidental, l’État et les individus sont parfois contradictoires comme les concepts différents. Quand il a écrit « L’illusion commune », la révélation lui est descendue que l’État est une illusion commune.

Pour Foucault qui vit dans le monde de sens commun où l’État n’est qu’une unité politique, le mécanisme lui est mystique où le «parti» qui n’est qu’un groupe moderne comme une unité politique deviendra un groupe religieux.

Ce que Foucault voulait dire, je pense que c’est ce qui suit : En Occident, on croit que les individus sont déjà déchaînés par tous les illusions. Ou, pour parler autrement, y a-t-il un concept d’individu dans le sens où après la révolution marxiste, ou dans le processus de la révolution, se réalise la libération totale des individus? Peut-on prescrire l’existence humaine avec un tel concept si simple? En particulier, après avoir su que le Parti communiste, un groupe de partisans du marxisme, n’est qu’un groupe des hommes fanatiques qui ne sont pas très différents des croyants des groupes religieux, le concept de l’«homme» présupposé là n’est-il pas juste une définition infondée ? Un tel doute était-il le point de départ des «Mots et des choses» de Foucault? C’est pourquoi Foucault a dû analyser les quatre siècles du monde occidental dans  le  dessein  de démanteler le concept de l’homme. C’est parce qu’il a dû douter que les phases des concepts tels que les individus, les groupes, la société et l’État soient présumées avoir un certain fondement.

L’entrevue entre Foucault et Yoshimoto était une rencontre étroite entre l’Occident et l’Orient, mais comme le lieu commun d’établir un dialogue n’était pas encore pleinement mûri, il n’était pas possible de parvenir à une compréhension mutuelle. Mon travail , au début, était limité à remplir la responsabilité du chercheur de l’étude philosophique et littéraire étrangère confrontée par Yoshimoto Takaaki en entreprenant la traduction de «L’illusion commune». Mais en raison des circonstances extérieures m’a forcé d’atteindre finalement à écrire ce livre pour comparer la pensée de Foucault et de Yoshimoto. Cependant, dans le processus, j’ai pu obtenir un grand sous-produit d’atteindre les moyens de communication symbolisés par l’Internet. Si nous poursuivons humblement nos études, nous pouvons recouvrer des outils intelligents des monopoles de certaines élites autoproclamées. Tout en sentant une certaine dynamique que nous sommes maintenant à cette époque, je pose la plume.


Table des matières

  • Les mots et les choses
  • « expression » de Merleau-Ponty et « représentation » de Foucault
  • La psychanalyse et l’ethnologie
  • L’entretien de Foucault et de Yoshimoto « Méthodologie pour la connaissance du monde : comment se débarrasser du marxisme »
  • Non « fantasmes collectifs »…
  • …mais, « L’illusion commune »
  • La prophétie de Foucault
  • Tabou et la convention tacite
  • Possession, ou la possession de l’illusion commune à l’individu
  • Sorcier et prêtresse
  • Qu’est-ce que l’au-delà ou la mort ?
  • Qu’est-ce que la vie, la naissance?
  • Structure de l’existence de la société maternelle
  • Qu’est-ce que la famille ?
  • La conversion de la société matriarcale à la société patriarcale
  • Les péchés terrestres et les péchés célestes
  • Conclusion
  • notes

La publication numérique

Pour voir URL cliquez l’image du livre.

iBooks  
Rakuten kobo  Google Play

Vous pouvez acheter la version originale japonaise ici.